Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 15:36

Nous étions sept au départ, tels les sept samouraïs ou les sept "sages" comme Josiane nous a surnommés très vite.Japon 1 009

Alain a supporté avec stoïcisme ses six compagnes  pas toujours très "sages", nos nombreux bavardages mais à voir les photos, il n'a pas l'air trop malheureux.Japon-1-186.jpg

Dès notre arrivée à Hiroshima, nous avons retrouvé nos anges gardiens Junko et Motoko qui nous ont bien facilité les déplacements, les visites, le choix des restaurants.Japon 2 019

Junko s'était adjointe l'aide de Mitsuko et Maki à Kyoto : ce sont deux  jeunes femmes qui aiment la France et qui sont ravies de pratiquer le français et de nous aider.Japon-2-520.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Japon-2-485.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Nara c'est tout le groupe de nos hôtes, sous l'égide du dynamique Hiro OnishiJapon-2-287.jpg qui se met en quatre pour nous proposer un programme varié malgré les aléas climatiques, les cerisiers qui n'étaient pas encore tout à fait fleuris : champs de thé, poteries, musée de Miho perdu dans les collines, temples et jardins Japon-2-307.jpg, fabrique de saké Geikkeikan.

Enfin à Tokyo, nous avons retrouvé les amis de Morioka, Fumiaki et Yukiko ainsi que Hiroko et Taïko qui ne pouvant nous recevoir chez eux en raison des évènements de 2011, sont venus nous rencontrer et nous aider dans nos visites et nos emplettesJapon-2-704.jpg.

Partager cet article
Repost0
22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 17:29

MONTAGE BRANCHE 

 

 

 

 

Du réel au passé, il n'y avait qu'un pas que nous avons franchi en visitant le Musée national de Tokyo qui parmi les dizaines d'objets en sa possession avait exposé des oeuvres variées sur le thème des...cerisiers.

 

 

 

 

 


Dans les musées de Shanghaî et de Pékin j'avais pu admirer des merveilles mais là aussi  je me suis émerveillée devant les porcelaines

 

Japon 1 089

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                          les kakémonos Japon 1 132 copieJapon 1 112

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

les kimonos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 de sublimes paravents.Japon 1 129

Mais si je devais faire un choix ce seraient les extraordinaires estampes d'Hiroshige (2ème moitié du 18ème siècle) que je connaissais mais dont j'ai pu apprécier la finesse, la précision du trait, la douceur des couleurs.J1 128 Hiroshige

 

 

 

 


Japon 1 122 copieJapon 1 121

Partager cet article
Repost0
22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 15:23

Japon 2 568

 

 

 

La date de notre voyage n'avait pas été choisie au hasard mais avec soin pour coller au mieux à la floraison des cerisiers, sakura en japonais.

En fait ces cerisiers appartiennent à la famille des Prunus, le plus courant étant le Prunus serrulata ,aucun ne donnant des cerises.

Cette floraison commence fin mars, début avril et dure maximum 2 semaines.

 

 

 

Première inquiétude en arrivant dans le sud près d'Hiroshima, les cerisiers n'étaient qu'en boutons, le froid expliquant ce retard.Japon 2 188

Heureusement, en allant du sud au nord nous avons pu suivre toutes les étapes de la floraison pour terminer à Tokyo par le bouquet final : la pluie de pétales de cerisiers!Japon 2 669

 

Cette période correspond au début de l'année en particulier pour les écoliers et les lycéens.

N'oublions pas qu'en Occident aussi,chez les Grecs, les Romains jusqu'au Moyen Âge, le printemps symbolisait le renouveau, l'espoir de bonnes récoltes.

 

Je savais que ce moment était très important pour les Japonais mais j'étais loin d'imaginer l'ampleur du phénomène!

Japon 2 146

 

 

 

 

 

Des foules se déplacent pour aller admirer les fleurs, attendent des heures pour photographier la première éclosion, les télévisions font le point plusieurs fois par jour de l'avancée de la floraison!

 

 

 

 

 

 

Alors pour célébrer cet évènement nous avons vu ces Japonais si disciplinés si sages se réunir le soir dans les parcs pour faire la fête en pique - niquant sous les cerisiers : c'est le Hanami !

Mais ici rien n'est fait dans l'improvisation :

à Tokyo,le soir, les étudiants près de leur université avaient installé leur bâche bleue, s'étaient déchaussés pour faire la fête,manger, boire du thé,des jus de fruits mais aussi de la bière, du saké et d'autres alcools.

 

 

En début de soirée ils étaient très cleans mais je ne sais pas s'il en était de même en fin de nuit.Japon 1 051Japon 1 044

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Japon 1 076Le lendemain dans le parc Ueno, la foule était considérable, des employés gardaient, pour leur entreprise, la bâche bleue pour la fête du soir, le tout dans une ambiance très bon enfant!

 

Japon 1 071

Partager cet article
Repost0
22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 14:23

Dans les années 60, j'avais entretenu une correspondance suivie avec un jeune Japonais, Yoshinobu Kato, qui vivait près de Nagoya. Nous échangions des timbres, des cartes postales, souvent nous parlions du moment où nous pourrions venir lui en France, moi au Japon.

Nous nous sommes perdus de vue, je ne sais pas s'il a réalisé son rêve mais pour ma part j'avais gardé toujours, dans un petit coin de mon coeur, cette envie intacte, entretenue par de nombreuses lectures de romans, de bandes dessinées, de mangas...Bref, tout ce qui se rapportait au Japon m'intéressait! Japon 2 028


Eh bien grâce à Josiane et ses cours d'Ikebana, j'ai pu réaliser mon rêve!

Le voyage prévu en avril 2011, a été bien sûr reporté aux mêmes dates en 2012.

C'est maintenant l'heure du bilan : vraiment, je ne suis pas déçue et je vais essayer de vous rendre compte de quelques thèmes tels que je les ai ressentis.

 

Japon 2 171Tout d'abord, je ne pouvais pas faire moins qu'à la Martinique : atteinte du syndrome du 3ème jour, je n'ai pas vu une petite marche dans un temple et je suis allée me cogner violemment le visage, les côtes, le genou côté gauche. Heureusement je m'en suis tirée avec des bleus spectaculaires, des douleurs aux côtes mais rien de cassé heureusement!

Le bois de camphrier c'est dur mais moins que les os gascons!

 

J'ai donc gravi de nombreuses marches, supporté le froid, le vent, les couchages japonais, soutenue par mon enthousiasme et mes compagnons de voyage. Japon 2 462

 

 

 

Telle un samouraï pratiquant la calligraphie, je n'ai pas perdu mes habitudes de voyage en rédigeant mon journal de voyage.Japon 2 602

Partager cet article
Repost0
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 14:32

Vignette.jpg 

 

Patientez encore quelques jours pour lire le compte rendu de la virée de Michèle au Japon.

 

Les 1000 photos sont prêtes, reste à choisir les meilleures, relire les carnets de voyage, écrire les textes mais pour l'instant la voyageuse a laissé place à la Mamie !


Donc rendez vous à partir de dimanche pour le pays des cerisiers en fleurs .....

Partager cet article
Repost0
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 20:49

Un café, un bar dans notre mundillo aturin n'est pas simplement un lieu où on entre pour ingurgiter rapidement des boissons le plus souvent alcoolisées. Nous avons la chance d'avoir à Aire deux bars qui sont des survivances des cafés du XIX° siècle, ceux où se répandaient les idées artistiques ou sociales. En ce sens La Paix et Le Gambetta avec leur bibliothèque informelle ou leurs expositions de peintures ou de photos se situent dans la continuité des Cercles landais où l'on pouvait lire la presse progressiste de l'avant 1914.

 

Mais pour que cette alchimie persiste et résiste à l'avènement du tiroir-caisse, il faut que les lieux aient une âme, dont les gestionnaires sont les passeurs : c'est le cas de Maryse à La Paix  comme de Gérard, Jacques et Laurence au Gambetta qui fêtait hier son 25°

anniversaire.

25 ans gambetta 002


Au Gambetta le mot "sociabilité" souvent galvaudé, retrouve tout son sens : les patrons prennent toujours le temps de venir prendre des nouvelles de la famille, d'en donner quand une connaissance commune est mal en point. L'anonymat n'y a pas droit de cité.
25 ans gambetta 010

Le Gambetta est aussi le bar de toutes les générations et les clients d'il y a vingt cinq ans y reviennent avec leurs enfants ou petits enfants : le samedi matin, les poussettes y cotoient  les caddies des mamies de retour du marché. C'est juste pour faire goûter aux générations futures un peu de liberté à escalader les tabourets ou les banquettes, à jouer avec un vieux jeu de cartes, pendant que parents ou grand-parents discutent tranquillement. Ca n'en fera pas de futurs piliers de bar, simplement des adultes qui auront un jour un petit supplément de sociabilité.

 

 
J'avais écrit pour Sud Ouest : "Au Gambetta, lieu de sociabilité,  les peñas taurines ont leur siège, les artistes exposent leur oeuvres, les chasseurs de bécasse les plus savants -même Zocato- bénéficient des conseils de Jacques, on commente la presse du jour ou les tenues des élégantes,  on rencontre les Nimois ou Basques qui ont des passions communes...."
25 ans gambetta 017Mais je ne pouvais ajouter des choses plus personnelles  car on y retrouve aussi, pour ma part c'est le jeudi matin,  des habitués qui commencent la journée par le plaisir simple de boire un café en commentant à voix haute tout sujet susceptible de faire sourire. Et il faut avoir vu des commerciaux qui viennent y préparer leur tournée du jour pouffer de rire en essayant de se dissimuler derrière l' écran de leur portable ; et les entendre demander discrètement au patron "Mais c'est tous les jours comme ça ?" 
Il pourrait leur répondre que certains jours des pèlerins de Saint Jacques prenant leur café matinal en terrasse photographient cette bande "d'authentiques autochtones" ( il est vrai après avoir photographié les cailles de la vitrine d'Isabelle Fleurs, des espèces protégées en somme).
Mais revenons au 25° anniversaire : il commença avec les Arsouillos d'aujourd'hui qui sont les héritiers de ceux de 1968 emmenés par un certain Gérard Labrouche aujourd'hui derrière le zinc, il se poursuivit avec le Choeur d'Hommes des Courants d'Aire et enfin en soirée avec une fanfare jazz cuivrée mais au répertoire dézingué.
25 ans gambetta 00525 ans gambetta 01425 ans gambetta 011
Mais retenons surtout que tant pour les Arsouillos que pour la politique inter-générationnelle du lieu, l'esprit se perpétue ....A dans vingt-cinq ans  !!!!
25 ans gambetta 008
NB : je rassure les pisse-vinaigre, les parents étaient présents
Partager cet article
Repost0
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 22:06

 

Célibataire, soltero ou single man ,  j'ai passé le week end de Pâques à Orist  d'où je vous ai ramené ces photos qui j'en suis sur, feront plaisir à toute la famille. Paques Orist 003

Paques Orist 011Paques Orist 018Paques Orist 028Paques Orist 035Paques Orist 039

Partager cet article
Repost0
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 19:05

 J'ai publié sur Gasconha.com de mon ami Tédéric, un article signalant que la vache choisie pour illustrer l'affiche du Salon de l'Agriculture 2012 était une gasconne. Je l'ai fait avec d'autant de plaisir que cette race avait été condamnée par la mécanisation et ceux qui n'avaient pas réfléchi à son capital génétique patiemment accumulé pendant des siècles et qui la rend encore irremplaçable en moyenne montagne ou quand la nourriture se raréfie.... Suivez ce lien

 

Sur Rail Gascogne avec qui je participe à la redécouverte des anciennes voies ferrées des Landes et des environs, je signale notre dernière "expédition" de Bourriot Bergonce à Captieux. Reportage en images et commentaires sur ce site où vous pourrez aussi trouver le descriptif de Houeilles à Bourriot Bergonce.

 

Ceci permet de signaler à tous mes amis Vététistes la richesse du secteur : prendre un hébergement en gîte autour de Bourriot Bergonce permet d'explorer les branches de "l'étoile de Bourriot Bergonce " : vers Gabarret et au passage la visite des sources de Moncaut , vers Roquefort avec visite du magnifique site de Lugaut, vers  Casteljaloux ou le tracé bien entretenu s'arrête au Nord- Ouest de Losse ( la Boutsourbère, lieu historique de l'agriculture landaise), vers Captieux enfin.  Tous les jours ce sont entre 6 et 20 km aller avec retour possible par de magnifiques petites routes ( Vielle Soubiran, Saint Gor, Maillas) où les découvertes d'un riche patrimoine ( Lussole par exemple, les moulins) réjouiront tous ceux qui pédalent et se cultivent en même temps.

Partager cet article
Repost0
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 16:02

violettes 009Ces modestes fleurs annoncent le printemps tout comme le bruit des tondeuses...

Particulièrement abondantes dans notre jardin, elles sont aussi prétexte à une vieille chanson gasconne que je vous livre :

Dus pastors a l'ombreta

Que hasen un boquet

L'un cuelhè la vriulete

E l'aute lo muguet .

Jo qu'aimi l'immortela

Mei que las autas flors

Com ei tostemps fidela

Atau son mas amors.

 

Quelques indications  : Briulete est la forme gasconne de violette ( à rapprocher de briulon : le violon)

L'immortela : en français ( si on peut dire)  l'edelweiss, mot importé d'Allemagne en 1861. Mais nom de D...elle existait bien avant cette date , cette plante ! Et elle devait bien avoir un nom local !

 

Juste une petite remarque sur la licence poétique : la violette fleurit fin mars, le muguet fin avril et l'immortela fin juin, début juillet suivant l'altitude !  Mais le poète a toujours raison ...surtout quand il poursuit

Ni la rose parfumée de l'églantier

Ni la fleur de bruyère

N'ont  de tes petits seins

L'éclat et la blancheur.

Heureuse la petite main

Qui, un jour, aura l'honneur;

De retirer l'epingle

Qui les retient en prison.


Quand je vous disais que la langue gasconne avait inventé l'amour courtois ! Texte en gascon sur demande.

 

Partager cet article
Repost0
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 20:59

Je ne me plains pas du beau temps : il me permet de faire du vélo, de semer pommes de terre et godets de courge, d'entretenir un peu le bronzage antillais à la terrasse du Gambetta... En même temps, je m'inquiète de l'état des nappes souterraines qui seront chargées cet été d'alimenter nos rivières, nos jardins, nos arbres...

 

Depuis septembre 2011, il aurait du tomber au 10 mars environ 550 mm d'eau, il n'en est tombé que 381 ( dont 155 mm en décembre soit 1,6 fois la normale). Ces précipitations sont vitales car la végétation d'hiver les consomme peu et elles descendent donc lentement dans le sol.

Lorsque je regarde la situation des aquifères landais, je constate qu'ils sont tous inférieurs à la moyenne.

 

Seules les réserves qui réalimentent le bassin sont à un bon niveau mais c'est parce que le culot ( ce qui reste à la fin de la campagne précédente) était important et que les précipitations de décembre les ont totalement  regarnies.

 

Il peut encore pleuvoir avant le milieu du printemps mais l'élévation des températures et la consommation des végétaux sont bien moins favorables à la reconstitution des aquifères. Donc on va rapidement se diriger vers des restrictions.Et nous n'aurons peut-être pas la "chance" d'avoir comme en 2011, un mois de juillet pourri qui a arrosé maïs, jardins, pelouses

 

Ce qui m'inquiète le plus, c'est que depuis que j'ai commencé mon blog ( vers 2005 je crois), j'en suis au troisième printemps où les cumuls de précipitations sont significativement inférieurs aux moyennes.C'est plus qu'inquiétant !

 

NB : preuve de la sècheresse, les attaques de chenilles processionnaires sur les pins ont repris début mars. Apparemment les quelques jours à -10,-12° ne les ont pas calmées !

Partager cet article
Repost0