Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 20:49

Un café, un bar dans notre mundillo aturin n'est pas simplement un lieu où on entre pour ingurgiter rapidement des boissons le plus souvent alcoolisées. Nous avons la chance d'avoir à Aire deux bars qui sont des survivances des cafés du XIX° siècle, ceux où se répandaient les idées artistiques ou sociales. En ce sens La Paix et Le Gambetta avec leur bibliothèque informelle ou leurs expositions de peintures ou de photos se situent dans la continuité des Cercles landais où l'on pouvait lire la presse progressiste de l'avant 1914.

 

Mais pour que cette alchimie persiste et résiste à l'avènement du tiroir-caisse, il faut que les lieux aient une âme, dont les gestionnaires sont les passeurs : c'est le cas de Maryse à La Paix  comme de Gérard, Jacques et Laurence au Gambetta qui fêtait hier son 25°

anniversaire.

25 ans gambetta 002


Au Gambetta le mot "sociabilité" souvent galvaudé, retrouve tout son sens : les patrons prennent toujours le temps de venir prendre des nouvelles de la famille, d'en donner quand une connaissance commune est mal en point. L'anonymat n'y a pas droit de cité.
25 ans gambetta 010

Le Gambetta est aussi le bar de toutes les générations et les clients d'il y a vingt cinq ans y reviennent avec leurs enfants ou petits enfants : le samedi matin, les poussettes y cotoient  les caddies des mamies de retour du marché. C'est juste pour faire goûter aux générations futures un peu de liberté à escalader les tabourets ou les banquettes, à jouer avec un vieux jeu de cartes, pendant que parents ou grand-parents discutent tranquillement. Ca n'en fera pas de futurs piliers de bar, simplement des adultes qui auront un jour un petit supplément de sociabilité.

 

 
J'avais écrit pour Sud Ouest : "Au Gambetta, lieu de sociabilité,  les peñas taurines ont leur siège, les artistes exposent leur oeuvres, les chasseurs de bécasse les plus savants -même Zocato- bénéficient des conseils de Jacques, on commente la presse du jour ou les tenues des élégantes,  on rencontre les Nimois ou Basques qui ont des passions communes...."
25 ans gambetta 017Mais je ne pouvais ajouter des choses plus personnelles  car on y retrouve aussi, pour ma part c'est le jeudi matin,  des habitués qui commencent la journée par le plaisir simple de boire un café en commentant à voix haute tout sujet susceptible de faire sourire. Et il faut avoir vu des commerciaux qui viennent y préparer leur tournée du jour pouffer de rire en essayant de se dissimuler derrière l' écran de leur portable ; et les entendre demander discrètement au patron "Mais c'est tous les jours comme ça ?" 
Il pourrait leur répondre que certains jours des pèlerins de Saint Jacques prenant leur café matinal en terrasse photographient cette bande "d'authentiques autochtones" ( il est vrai après avoir photographié les cailles de la vitrine d'Isabelle Fleurs, des espèces protégées en somme).
Mais revenons au 25° anniversaire : il commença avec les Arsouillos d'aujourd'hui qui sont les héritiers de ceux de 1968 emmenés par un certain Gérard Labrouche aujourd'hui derrière le zinc, il se poursuivit avec le Choeur d'Hommes des Courants d'Aire et enfin en soirée avec une fanfare jazz cuivrée mais au répertoire dézingué.
25 ans gambetta 00525 ans gambetta 01425 ans gambetta 011
Mais retenons surtout que tant pour les Arsouillos que pour la politique inter-générationnelle du lieu, l'esprit se perpétue ....A dans vingt-cinq ans  !!!!
25 ans gambetta 008
NB : je rassure les pisse-vinaigre, les parents étaient présents
Partager cet article
Repost0

commentaires

L
merci Charles pour ce superbe article! L
Répondre